A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours | of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) CNT-SO - En France comme en Espagne, le syndicalisme n'est pas un crime: solidarité avec les «6 de Xixón»

Date Wed, 16 Nov 2022 18:34:26 +0000


LA CNT-SO APPORTE SA SOLIDARITÉ AUX CAMARADES DE LA CNT DE XIXÓN/GIJÓN (ASTURIES) MENACÉ-ES D'EMPRISONNEMENT PAR L'ÉTAT ESPAGNOL POUR LEUR ACTIVITÉ SYNDICALE  ICI COMME LÀ-BAS, LE SYNDICALISME N'EST PAS UN CRIME! ---- POUR SOUTENIR LA CAMPAGNE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX: ---- #DoingUnionismIsNoCrime[https://cnt-so.org/en-france-comme-en-espagne-le-syndicalisme-nest-pas-un-crime-solidarite-avec-les-6-de-xixon/#DoingUnionismIsNoCrime]---- #LeSyndicalismeNestPasUnCrime[https://cnt-so.org/en-france-comme-en-espagne-le-syndicalisme-nest-pas-un-crime-solidarite-avec-les-6-de-xixon/#LeSyndicalismeNestPasUnCrime]---- #HacerSindicalismoNoEsDelito (Faire du syndicalisme ce n'est pas un crime)[https://twitter.com/hashtag/HacerSindicalismoNoEsDelito?src=hashtag_click]---- #SolidarityCNTXixon[https://cnt-so.org/en-france-comme-en-espagne-le-syndicalisme-nest-pas-un-crime-solidarite-avec-les-6-de-xixon/#SolidarityCNTXixon]

Vous pouvez vous prendre en photo avec une des pancartes proposées (voir ici: Solidarité Xijon) et publier en utilisant les # et en taguant les structures @XixonCnt et @CNTsindicato (twitter) et https://www.facebook.com/CNTsindicato (Facebook).

Manifestation nationale de soutien à Madrid le 24 septembre 2022

.....................

Pour en savoir plus sur l'affaire des «6 de Xixón» et le contexte général espagnol, nous reproduisons ci-dessous, la traduction française du communiqué de nos camarades de la CGT-E
......................
Offensive de la police et de la justice d'extrême droite contre la liberté syndicale. Six camarades de la CNT courent un risque imminent d'emprisonnement pour cause de syndicalisme!

En 2017, une travailleuse d'une boulangerie de Gijón (Xixón en Asturien) s'est adressée à la CNT pour obtenir de l'aide dans un cas de possible harcèlement sexuel et d'exploitation du travail. La CNT a soutenu la travailleuse et a entamé une action syndicale comme tant d'autres, à la recherche d'une solution négociée qui respecte les droits de la travailleuse.

Au lieu d'enquêter sur la plainte pour harcèlement sexuel, la brigade de renseignement de la police a décidé d'enquêter sur les syndicalistes de la CNT pour extorsion. Après des mois d'identifications, de suivis, d'analyses de comptes bancaires et d'autres actions, la police a du reconnaître dans son rapport qu'il n'y avait pas du tout d'extorsion, mais a laissé entendre qu'il pourrait s'agir d'un crime de coercition. Cela signifie qu'une action syndicale normale et ordinaire, même plus pacifique que beaucoup d'autres que nous menons à la CGT et dans le reste des syndicats, peut être considérée comme un crime de coercition de la part d'un employeur. Pour la brigade de renseignement de la police, le fait d'exiger d'un employeur qu'il cesse de harceler et qu'il paie ce que la loi établit, peut constituer un délit de coercition.

Le procureur chargé de l'affaire s'est rangé à l'interprétation de la police et le juge chargé de l'affaire, Lino Rubio Mayo (célèbre pour avoir mis en prison les syndicalistes de Naval Gijón Cándido et Morala après un coup monté de la police) a condamné l'ancienne travailleuse, qui avait dénoncé l'exploitation au travail et le harcèlement sexuel, et six syndicalistes de la CNT, à un total de 25 ans de prison et à verser à l'employeur une indemnité de 150 428 euros. Par la suite, l'Audience provinciale des Asturies a confirmé la condamnation à trois ans de prison des six syndicalistes de la CNT condamné.es et nous attendons maintenant que la Cour suprême se prononce sur l'appel.

LA PLUS GRANDE MENACE POUR LA LIBERTÉ SYNDICALE DEPUIS LA FIN DE LA DICTATURE FASCISTE

La répression policière, judiciaire et médiatique contre l'anarcho-syndicalisme et en général contre le syndicalisme de classe n'est pas quelque chose de nouveau mais bien au contraire, un processus constant depuis les années 80.

Au cours des dernières décennies, plusieurs centaines de syndicalistes ont été poursuivis pour avoir participé à des manifestations, des rassemblements ou des piquets de grève, avec des demandes de plusieurs années d'emprisonnement, d'emprisonnement préventif et même de peines de prison, ce qui a particulièrement touché la CGT, l'un des syndicats les plus mobilisés.

Nos camarades Laura et Eva, de la CGT de Barcelone, ont été accusées en 2012 d'avoir commis des actes violents sur le piquet de grève de la CGT lors de la grève générale du 29 mars 2012 et ont été jugées et condamnées à 30 ans de prison. En outre, Laura a été arrêtée par la police et emprisonnée pendant un mois en détention provisoire. Enfin, Laura et Eva ont été condamnées à un an et deux mois de prison, pour avoir participé à un piquet de grève lors d'une grève générale.

Le camarade Ermengol, de la CGT de Catalunya, a un procès en cours avec une demande du procureur de 11 ans de prison avec un autre travailleur et 25 autres étudiants pour avoir occupé le rectorat de l'Université autonome de Barcelone en 2013 pour avoir protesté contre les coupes et la hausse des frais universitaires et pour défendre l'université publique.

Cette répression a également touché les syndicalistes d'autres organisations telles que CCOO, UGT, ELA, CIG, LAB, CNT.

La secrétaire générale de CCOO aux Baléares, Katiana Vicens, a été jugée pour avoir participé à un piquet de grève lors de la grève générale du 29 mai 2012, le procureur ayant requis quatre ans et demi de prison. Elle a finalement été condamnée à une amende pour contrainte, car, selon la sentence, elle a brisé une vitre de bus.

Dans tous ces cas, la police et l'accusation ont accusé les syndicalistes d'un acte violent, souvent inventé et parfois exécuté par d'autres personnes. Les demandes des procureurs étaient disproportionnées, mais en aucun cas le droit à l'activité syndicale n'a été remis en question, et le fait d'exiger des salaires d'un employeur n'a pas été considéré comme un crime d'extorsion ou de coercition.

POURQUOI CETTE AFFAIRE CONSTITUE UNE MENACE SÉRIEUSE POUR TOUT LE SYNDICALISME

Les peines de 3 ans de prison prononcées à l'encontre de six camarades de la CNT de Xixón sont un cas de plus dans une longue chaîne de coups montés par la police et d'actions menées par des procureurs et des juges d'ultra-droite contre la liberté syndicale, et en même temps, elles représentent un saut qualitatif. Dans ce cas, les six camarades n'ont pas été condamnées pour avoir commis un seul acte «violent», mais pour avoir organisé des manifestations pacifiques afin d'exiger la fin des abus de l'employeur de la boulangerie La Suiza.

Nous devons arrêter cette attaque sans précédent contre tout le syndicalisme et obtenir l'acquittement des six camarades, car sinon, n'importe quelle entreprise pourra profiter de cette sentence pour essayer d'emprisonner n'importe quel syndicaliste dans n'importe quel conflit du travail. Nous avons beaucoup d'enjeux.

Cette agression nous oblige également à réfléchir à la nécessité de protéger l'action syndicale. Tant qu'il y aura des cellules d'extrême droite au sein de la police, du parquet et parmi les juges, le droit à la liberté d'association sera menacé. À moyen terme, nous devrions chercher des stratégies et un soutien pour démocratiser ces institutions, en purgeant l'ultra-droite ou du moins en réduisant son influence. Sinon, quelle que soit la protection des lois, il y aura toujours une brigade de renseignement de la police, un procureur ou un juge qui considère que faire du syndicalisme de classe doit être puni par des enquêtes, des amendes et de la prison.

SIX CAMARADES SONT EN DANGER IMMINENT D'EMPRISONNEMENT

Luara, Jara, Cristina, Olga, Beatriz et Hector ont été condamné.es à des peines de prison de plus de trois ans au total. On s'attend à ce que la Cour suprême décide en octobre ou novembre d'admettre ou non l'appel. Si la Cour suprême n'admet pas le recours, les camarades feront appel devant la Cour constitutionnelle (CT), mais à partir de ce moment-là, le juge de première instance, Lino Mayo, celui qui a emprisonné les syndicalistes Cándido et Morala, décidera si les camarades iront en prison pendant que la CT résoudra le recours. Connaissant le passé du juge, le risque que les camarades soient emprisonnés est élevé.

Ce sont des camarades dont le seul crime a été de faire ce que nous faisons tous les jours à la CGT: soutenir les travailleurs qui ont des problèmes et se mobiliser pour mettre fin aux abus des entreprises et améliorer nos conditions de travail.

Luara, Jara, Cristina, Olga, Beatriz et Héctor sont des syndicalistes solidaires et exemplaires, mais aussi des camarades précaires, certains avec de jeunes enfants, qui ne devraient pas avoir à payer un prix aussi élevé pour défendre les droits de toute la classe ouvrière.

MAINTENIR LA SOLIDARITÉ ET LA MOBILISATION AUSSI LONGTEMPS QUE NÉCESSAIRE

Le Secrétariat permanent du Comité confédéral de la CGT demande à toute l'organisation de prendre conscience de l'importance et de la gravité de cette affaire et que nous fassions tous l'effort de prendre du temps pour le consacrer à la solidarité avec ces six camarades dans les mois à venir:

- Se rendre à la manifestation du 24 septembre à Madrid.
- Soutenir la campagne de médias sociaux
- Faire connaître l'affaire dans nos médias
- Préparation de mobilisations pour octobre ou novembre au cas où le juge Lino Mayo ordonne l'envoi en prison de Luara, Jara, Cristina, Olga, Beatriz et Hector.

Secrétariat permanent du Comité confédéral de la CGT-E

Source CGT-E[https://cgt.org.es/ofensiva-de-la-ultraderecha-policial-y-judicial-contra-la-libertad-sindical-seis-companeras-de-la-cnt-en-riesgo-inminente-de-entrar-en-la-carcel-por-ejecer-el-sindicalismo/]

https://cnt-so.org/en-france-comme-en-espagne-le-syndicalisme-nest-pas-un-crime-solidarite-avec-les-6-de-xixon
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center