A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours | of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) CAB Anarquista [Brazil] - [FAQUIR] Ce n'est pas naturel! Note sur les pluies à Bahia (pt) [Traduction automatique]

Date Tue, 4 Jan 2022 18:22:32 +0000


Ce qui a commencé comme une fin d'année atypique, avec beaucoup de pluie au lieu du soleil caractéristique du début de l'été, s'est transformé en l'une des plus grandes catastrophes jamais vécues par les communautés bahianaises. Ces derniers jours, nous avons suivi le flot désolant d'informations sur les inondations, les glissements de terrain et les villes entières submergées par les eaux, au total environ 136 villes sont en état d'urgence, en particulier dans la région du sud, qui a été la plus touchée. ---- C'est la pire inondation en 35 ans, disent les gros titres, une véritable catastrophe, avec environ 136 villes touchées, plus de 60 000 personnes sans abri. ---- On ne s'étonne pas du peu d'agitation du gouvernement fédéral. Grâce à la querelle politique d'en haut, la xénophobie et le racisme envers notre région, le nord-est, et surtout Bahia, nous ne sommes pas une priorité. ---- Nous sommes vus par l'axe sud-sud-est du pays lorsque nos eaux sont limpides et calmes, lorsque notre peuple danse et les reçoit avec un sourire ouvert. Pas maintenant, pas pendant que nous succombons dans la boue, ce qui n'est pas un simple hasard de la nature. ---- Nous savons que les catastrophes qui nous frappent sont tout sauf naturelles. Même si l'attention est déjà tournée vers d'autres endroits, cela ne fait pas longtemps que nos plages ont été saisies de pétrole, un déversement criminel qui a frappé de force les communautés de pêcheurs et de fruits de mer. De plus, les eaux qui montent plus que la normale, plus que ce qui a été vu en trois décennies, sont le résultat de l'exploitation prédatrice de la nature, de l'urbanisation désordonnée, de la négligence du gouvernement, du changement climatique qui ne commence ni ne se termine en 2021.

De nombreuses communautés quilombolas et autochtones ont été touchées et dévastées par les inondations, et c'est principalement parmi elles que FAQUIR a cherché à faire connaître et à soutenir les campagnes d'urgence. Ces communautés savent ce que nous enseignent les savoirs ancestraux, la faute n'est pas la rivière, la pluie ou les eaux. La faute réside dans la relation que nous établissons avec la nature, dans l'imposition du capital contre nos territoires. Cette facture arrive toujours, tôt ou tard dans toutes les régions, et on sait que ceux qui en paient le prix sont toujours les communautés les plus pauvres, ce sont toujours celles et ceux qui ne peuvent pas faire grand-chose face au travail d'une vie qui s'écoule dans la rue. Ce sont toujours les gens d'en bas qui font face au solde négatif des profits des méga-entreprises et de l'État lui-même.

En ce moment, la solidarité de notre peuple émerge également de la boue et des débris, des centaines de campagnes de financement et de bénévoles se concentrent sur le soutien immédiat aux personnes qui ont tout perdu. Il y a des villes dans lesquelles même les écoles ne peuvent pas servir de lieu pour les sans-abri, car elles ont également été détruites, où l'on a besoin d'eau potable et d'allumettes, de nourriture qui n'a pas besoin d'être cuite et de tout le reste de base.

Cela a toujours été nous pour nous, et à cette époque nous comptons aussi sur la solidarité de nos compagnons d'autres États. Mais cela ne signifie pas que nous fermerons les yeux sur l'omission de ce gouvernement, ils nous doivent, chaque centime dépensé pour les réjouissances de la famille Bolsonaro, chaque centime détourné et hors de prix, une richesse qui devrait servir le peuple.

Les dégâts sont incalculables pour des milliers de vies, le désespoir s'empare de notre quotidien et nous ne resterons pas silencieux face à lui. Nous ne pouvons pas naturaliser ces événements, en attendant la prochaine tragédie à chaque coin de rue. Nous ne pouvons continuer à abandonner l'utilisation abusive de nos terres et de nos eaux, de notre faune et de notre flore.

Alors que ceux qui sont au sommet continuent de jouer avec nos vies et nos territoires, nous savons que le vrai soutien solidaire vient de l'unité des peuples, de l'unité de ceux qui luttent pour survivre et résister à ce système destructeur, et c'est pourquoi nous sommes solidaires de tous ceux qui souffrent aujourd'hui à Bahia, et nous utilisons nos médias pour faire connaître des campagnes de financement pour les mouvements sociaux qui ont toujours été à la pointe de la lutte contre les oppressions du système capitaliste.

Le peuple de Bahia a plus que jamais besoin de votre soutien pour continuer à résister et reconstruire leurs territoires, faire des dons, partager et prendre position.

Résister et lutter pour construire le pouvoir populaire et bien vivre parmi nous est notre horizon aujourd'hui et toujours.

http://cabanarquista.org/2022/01/03/faquir-nao-e-natural-nota-sobre-as-chuvas-na-bahia/
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center